Ramona Dutil

Tout sur mon univers par écrit.
  • Facebook
  • Twitter
  • Google +

Une piqûre si douloureuse

Une piqûre si douloureuse - Ramona Dutil

À l’ombre des cerisiers en fleurs, je me reposais, profitant de ce printemps si agréable. La chaleur de la journée était exceptionnelle. Dans le vent léger, les pétales blancs rosés s’envolaient. Le sol en était recouvert, tel un tapis de neige qui aurait persisté plus longtemps. J’avais lu qu’au Japon, cette période de l’année s’appelait l’hanami. En famille ou entre amis, les Japonais se retrouvaient pour pique-niquer ensemble, et fêter ce moment si poétique.

Un léger parfum se dégageait des arbres, attirant des abeilles. L’une d’elles vint se poser sur moi. Je sentis une vive douleur. Je remuais mon bras, essayant de provoquer le départ de l’insecte. Ce que j’avais pris pour une abeille était en fait une guêpe. Sur mon bras, un impact rouge marquait la piqûre. Très vite, l’avant-bras gonfla. Un peu paniqué, je pris mes affaires. Je sortis du parc, et je me dirigeais vers une pharmacie.

L’assistante qui m’accueillit, n’était pas très douée. Je la voyais se débattre dans les rayons pour trouver le produit que je lui avais demandé. J’en avais vu la publicité sur Internet la semaine dernière, sans me douter que si vite, j’aurais besoin de m’en servir. C’était une crème pour apaiser la douleur, qui était de plus en plus présente, car plus le temps passait, plus j’avais mal. « S’il vous plaît, dépêchez-vous, mademoiselle ! » lançais-je, un peu vertement. Je n’aurais pas dû. Au lieu de la motiver, je l’avais encore plus affolée. Un désordre incroyable s’étalait à présent sur le comptoir. Elle me présentait toute sorte de crèmes, mais aucune n’était celle que je cherchais.

J’entendis une voix masculine appeler par son prénom la jeune femme qui me servait. Le pharmacien se dirigea vers elle, lui glissa un mot à l’oreille. Elle remua la tête dans un signe d’acquiescement, et partit par une petite porte, derrière les rayons désordonnés. L’homme me demanda ce que je voulais. Je commençais à perdre patience. C’était évident, mon bras était tout gonflé, qu’attendait-il pour trouver le bon remède qui me guérirait ?

Très calme, il me sortit le produit que son employée cherchait depuis si longtemps. Il m’expliqua que je devais excuser la maladresse et l’ignorance de la jeune femme, qui débutait. Pour ma part, j’écoutais distraitement, m’enduisant le bras du baume apaisant. La sensation de brûlure disparaissait. Je rentrais chez moi, détendue et guérie. Mais j’avais au passage acheté à la pharmacie trois tubes de cette crème, que maintenant, j’ai toujours sur moi quand je vais me promener au parc.

 

The author:

author

Amusante et pétillante, ça c’est moi! On me considère comme une joie de vivre sur deux pattes. J’adore la vie dans son ensemble et je me fais un plaisir de partager cette passion au quotidien sur le Web. Touche à tout et curieuse, ce blogue vous fera découvrir un paquet de trucs passionnants! Eh oui, je suis comme ça!