Ramona Dutil

Tout sur mon univers par écrit.
  • Facebook
  • Twitter
  • Google +

Mes notes au lavage...

Sur le bureau que j’ai dans ma chambre, j’étais persuadée d’avoir posé un stylo et un papier. Je m’en étais servi pour noter rapidement la référence d’un livre. Avec ma mémoire peu fiable, j’ai pris l’habitude d’écrire ce qui m’intéressait. Lorsque j’ai vu que la feuille n’était plus là, j’ai regardé si elle n’avait pas volé et atterri derrière le meuble. Massif, car il est en chêne, le bureau fut difficile à pousser. J’ai dû m’y reprendre à deux fois avant de pouvoir le changer de place de façon à ce que je puisse voir entre lui et le mur. Mon effort avait été vain. Rien ne gisait par terre, seules quelques boules de poussières s’étaient logées à cet endroit. J’ai pris une balayette pour m’en débarrasser. Le mystère de la disparition de ce papier, et du stylo qui l’accompagnait, restait entier. J’ai continué mes investigations sous la table du salon, derrière le lit, sous l’armoire de ma chambre. 

Aucun de ces deux objets ne réapparaissait. Avec un brusque éclair de génie, j’ai compris que je ne cherchais pas aux bons endroits. Mes poches de pantalon furent retournées et je les ai, enfin, retrouvés. Les lignes, que j’avais griffonnées à la hâte, avaient presque disparu. Le pantalon était passé dans la laveuse, et je n’avais pas vu que quelque chose était dans les poches dans ce vêtement. Tous ces efforts, plus de deux heures de recherche en tout, m’avaient épuisée. J’ai commencé à me préparer un sandwich. En même temps que je le mangeais, j’ai lu une annonce que ma sœur m’avait envoyée. Elle concernait un commerce de Gazebo longueuil. Elle voulait mon avis sur les différents modèles qu’elle avait sélectionnés. 

Ma tante m’avait envoyé une photographie de son dernier petit-fils, et mon ami Alexandre annonçait qu’il déménageait dans le même quartier que moi. Après avoir lu tous ces messages, et avoir répondu à la plupart, je me suis souvenue de mes notes, dissoutes à tout jamais dans l’eau de lessive. Le titre du film commençait par la lettre B. J’en étais persuadée. Les circonstances me revinrent. J’avais demandé à Évelyne de me donner quelques idées pour que je puisse visionner des longs métrages de bonne qualité. Elle m’avait recommandé celui dont je ne me souvenais pas le nom. J’ai appelé celle qui m’avait donné la référence et, en quelques secondes, j’ai eu la réponse à la question que je me posais depuis le matin.

 

The author:

author

Amusante et pétillante, ça c’est moi! On me considère comme une joie de vivre sur deux pattes. J’adore la vie dans son ensemble et je me fais un plaisir de partager cette passion au quotidien sur le Web. Touche à tout et curieuse, ce blogue vous fera découvrir un paquet de trucs passionnants! Eh oui, je suis comme ça!